Faire de la fumée sans feu

Publié le par Simsim

Je n’ai jamais compris pourquoi les choses ne bougent jamais en Algérie, pourquoi il n’y a jamais d’étude, ou très peu de recherches, avant la réalisation d’un projet, même de grande envergure.
Nous, on aime lire encore les bouquins qui moisissent depuis les années 60, goudronner une route avant d’arracher le sol une semaine plus tard pour réparer le câblage électrique, utiliser les vieilles méthodes et techniques révolues …etc.

Il faut l’avouer, nous sommes perdus. Nous sommes un SDF sale et crasseux qui dort sur un carton dans la rue. Nous sommes une énorme et gigantesque poubelle qui s’entasse et constitue le milieu rêvé des bactéries jamais découvertes. Nous sommes une épave rouillée et gigantesque que l’équipage ne veut abandonner dans la mer, au profit d’un bateau propre. Nous sommes un feuilleton en noir et blanc.


Aujourd’hui, l’Algérie veut soi-disant développer l’industrie du médicament. Surtout le générique.

Non-producteur, non-importateur !! En gros, c’est la nouvelle loi, pour encourager les géants pharmaceutiques à produire dans notre pays les génériques des princeps, qu’ils importent depuis des années.

Mais ne parlons pas des conséquences de cette loi, des ruptures de stocks que ça génère, ni du nombre de malades chroniques privés de leurs traitements. Non.
Parlons de ce qui est supposé faire cette loi, de ce qui est supposé produire les médicaments : les métiers de l’industrie pharmaceutique.
En comparant la chaîne de la formulation d’un générique à celle d’un princeps, on voit vite que la première est plus courte, ne nécessitant ni recherches, ni développement, ni tests cliniques ou
pharmacologiques.

Grossièrement, pour un générique, les professionnels ont une recette toute faite à suivre, contrôlent les médicaments après leur fabrication, élaborent des plans de marketing pour faciliter la circulation sur le marché. 
Mais aucun des métiers qui entre dans cette courte chaîne n’est enseigné en Algérie, alors je me demande avec quoi on veut faire cette nouvelle loi ?

Le cursus de pharmacie est resté figé à travers de nombreuses années, il est resté le même que celui qui formait uniquement des pharmaciens d’officine et hospitaliers dans les années 90. Je vous explique rapidement.

Le cursus est partagé en 2 partie. La première partie est plus générale, on y étudie la chimie, la biologie, les maths & stat’, ainsi que la physique. Dans la 2e partie, on se spécialise plus dans les sciences pharmaceutiques, la pharmacologie, la pharmacognosie (les plantes médicinales), la toxicologie, les sciences biologiques (bactério, hémato, biochimie …etc.), un peu de droit, un soupçon de gestion et un module de galénique (industriel).
Quand on finit ses 5 années, on ne peut devenir que pharmacien d’officine. Quand on passe le concours de résidanat, on ne peut devenir que pharmacien hospitalier.

Alors avec quoi, et surtout avec qui on veut produire des médicaments ? Ne me parlez surtout pas de la micro-spécialité de galénique.
A Constantine, bien qu’on ait eu un professeur extraordinaire, qui nous a enseigné bien plus que ce qui était dans le programme, moyennant son expérience et ses connaissances acquises à l’étranger, il n’a pas pu (ou voulu ?) ouvrir une spécialité de galénique digne de ce nom, et surtout digne de son niveau, à Constantine.
En tant qu’étudiant de l’Est Algérien, il nous faut nous tourner vers le CHU d’Annaba pour apprendre à fabriquer les antiseptiques qu’un simple laborantin peut faire, quelques sirops et gélules pour les enfants hospitalisés, et les occlusions intestinales des urgences médicales … etc.
Rien qui pourrait faire intégrer un pharmacien dans un laboratoire de production industrielle.

Alors laissez moi demander. Laissez moi me poser des questions !
Qui est supposé maîtriser les techniques de formulation des médicaments ? Où étudie-t-on le management de la qualité ? Qui peut assurer le contrôle de la qualité ? Pourquoi il n’y a pas de marketing pharmaceutique ? Pourquoi les études de pharmacie restent figées ? Pourquoi il n’y a pas d’option industrie en 5e année ? Ni d’option officine et biologie, avant d’obliger tout le monde à suivre la même voie ?

Ah si. Je crois que je comprends :
Le signal nerveux du neurone situé à Paris n’a pas encore traversé la Méditéranée pour arriver au neurone situé à Alger. Quand ça sera le cas, on fera un petit copié collé des options des cursus de pharma d’ailleurs, et on demandera à nos cerveaux algériens qui ont fuit la médiocrité et aux têtes occidentales aux cheveux bien blonds, de venir ou revenir pour occuper les postes vacants, en offrant les milliards qui importaient les médicaments princeps autrefois.
Ce qui sera tout de même, moins pire que l’attente de ce signal nerveux.

Tout ce que j’espère, c’est qu’ils ne soient pas en train de le transporter sur notre gigantesque épave rouillée.

Commenter cet article

nasss 26/03/2011 17:50


je suis d'accord avec toi la pharmacie en Algérie n'a aucun avenir et je l'ai compris vraiment quand j'ai eu mon résidanat et surtout en choisissant une spécialité pharmaceutique c'est dommage de
finir comme pharmacien hospitalier alors que tu fais une spécialité très intéressante


N_Spirit 10/04/2009 18:52

tant que les mentalités ne changent pas , on avancera pas, imagine que dans les années 70, l'Algérie et la Corée du sud était deux pays qui se rassemblaient sur beaucoup de points on pourrais dire qu'ils avaient le même niveau, sur une période de 30 ans regarde la différence qui existe maintenant! pourtant les deux pays sortaient d'une guerre (la guerre d'Algérie , et la guerre des deux Corée), y a ceux qui travaillent et ceux qui travaillent pas ! c'est ça la différence! nous on a un profil de consommateur ni + ni -. et comme tu as dis "rien n'est perdu ... jusqu'à preuve du contraire ! "

Simsim 10/04/2009 16:48

Non, il faut pas dire ça, on a un jeune pays d'à peine 47 ans, on ne peut se développer en un clin d'oeil.

Le prob, c qu'on ne veut pas se développer, et que personne ny' travaille. Enfin, si mais à notre façon.
On construit le bled, alors on place une brique ... et on en retire deux !! On avance, mais arrière !!

Ellah ya7sen 3awn'na !!
Mais rien n'est perdu ... jusqu'à preuve du contraire !

N_Spirit 09/04/2009 23:53

je sens ta rage! pour moi l'Algérie est foutu y a rien a faire pour la sauvé! désolé de dire ça mais c'est ce que je pense !