Dima Jazz, festival annuel de Jazz et de fusions

Publié le par Simsim

Chaque année, comme vous en avez pris l'habitude depuis 5 ou 6 ans, une nouvelle édition de Dima Jazz fait sauter les verrous de la prison qu'est devenue Constantine, la vieille ville usée, et drapée dans son immense foulard de pudeur ... Constantine, jadis ville du savoir et de l'art de vivre.

Je n'oublierai jamais certaines soirées que j'ai passé au Dima Jazz, certains airs de musique que je fredonne sans cesse pendant des mois, et l'aventure qu'a été ce festival à son début, Ma Jazz, spécialement avec le tunisien Fawzi Chekili dont les notes ont bercés mes nuits d'été et effacé mon stresse des veilles d'examens.

Larbi Essassi aussi, violoniste tunisien qui nous a épaté durant plus d'une soirée, et tant d'autres encore que je ne peux pas citer...

 

Pour l'association Lima, c'était très dure d'organiser ce festival qui est passé du statut local, national à internationel, et qui est fréquentée désormais par des artistes locaux et même internationaux dont la réputations a fait le tour des 4 océans.
En parlant d'artistes locaux, j'ai pensé à la formation Coudiat El aty, de l'année passée, avec ses fusions Malouf-Jazz où l'Oûd faisait l'amour avec le violon, la Derbouka narguait le piano, et la guitare électrique faisait de l'oeil au Ney.
C'était tellement magnifique, la musique était si magique, on en reconnaissait les notes arabo-andalouses, métissées avec plus modernes et plus jazzy.

J'avais surtout apprécié la venue de Fergani fils, dont la présence à ce type de festivités signifiait tant quant à l'ouverture d'esprit des grandes figures de la musique traditionnelle Constantinoise.

Dima Jazz a apporté beaucoup à Constantine, lui qui a d'abord eu les battons dans les roues, est désormais encouragée par le Wali de Constantine, et sposorisé par le ministère de la culture, Nescafé et Djezzy la sioniste...etc.

Eh oui, vous l'avez bien deviné, les discours d'ouverture et de cloture du festi de jazz sont bien longs, et même interminables : le Wali fait son discours, l'envoyé spécial de miss kechrouda du ministère de la culture aussi, le directeur du théatre régional, le représentant commercial de Nokia... et la liste est longue. 

On se demande pourquoi ils n'adaptent pas leur spitch au style de soirée, au profit d'un petit mot court et simple : amusez vous bien, et have fun !!

Car l'esprit du Dima Jazz, la liberté des sonorités musicales à faire des mariages mixtes entre des intruments qui ne se sont jamais rencontré, est si présente sur scène, mais nulle part ailleurs !!
Tout le reste se résume dans le mot : problème !!

Il y a toujours un problème de billetrie, et l'offre du nombre de place ne correspond jamais ne serait-ce qu'à la moitié des clients potentiels !
Il y a toujours un problème à l'entrée : la chaîne est trop longue, il y a trop de monde qui se bousculent, et beaucoup de voyous campent devant nous et ous demandent nos tickets !!
Et une fois entrés, ne vous croyez pas tranquille, et gare à vous si vous gardez la place de votre copain parti aux toilettes, car le personnel du téathre vient vousus harcele  pour libérer la place, et vous sortira même "je vous préviens, si votre copain ne revient pas dans 2 minutes, je donne son siège à un autre !!"

Bref, tout pour gacher votre soirée !!
Heureusement que les groupes participants réussissent à nous faire oublier le manque de savoir-vivre de certaines personnes et leurs manières de gens pas du tout habituées à des soirées familiales agréables ! 

Mais bon, une fois que tout le monde prend sa place, les agents du théatre se mettent aux quatres coins, les discours se terminent sous les applaudissements ne souhaitant qu'y mettre fin, les lumières s'éteignent ... et que la musique commence !!


A l'entrée du théatre, les jeunes s'accumulent comme pour aller dans une boite à sardines. Vive l'entrée VIP, hein ?!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

N_Spirit 01/06/2009 13:41

hahaha Simsim la pauvre ^^
Comme j'avais les exams de merde au méme temps que la semaine du festival j'etais degouté de ne pas y aller :s
et soudain un coup d'appel : "viens chawki je t'es trouvé un badge VIP viens t'amuser un peu!" je pouvais pas résister alors let's go:D
mais comme tu sais les gens font tout pour te gâcher la soirée, le chef de la sécurité ma fait un interrogatoire pour savoir d'où j'ai ramené le passe VIP, alors la mon ami intervient il me donne son billet et essai de régler l'affaire lui méme!
si cette photo est celle de la première soirée moi j'étais debout juste dans les escaliers ^^ heuresement quand la musique a commencé ahhh du pure plaisir je me suis dit" putin s'ils nous enleve le Dima jazz Constantine est morte"
je tien a précisé le manque de respect de certains crétins qui ont rien a voir avec la musique et qui viennent juste foutre le bordel dans la sale et essayer de voler les pauvres spectateurs!