Caramel, de Nadine Labaki, revu et corrigé ... quelle modestie !

Publié le par Simsim

Je viens de regarder Caramel, de Nadine Labaki, film franco-libanais qui parle en général de la femme, dans tous ses états. Il retrace pour celà le quotidien de cinq femmes qui se croisent dans un petit institut de beauté où plusieurs générations se voient régulièrement, se parlent et se confient.
Les personnages sont très touchants, de par leurs bêtises, leurs doutes et leurs malheurs.
Ainsi, Layale est la maîtresse d'un homme marié dont on ne voit jamais plus que l'ombre et la silhouette. Et comme toutes les autres, elle espère qu'il quittera enfin sa femme. 

Rima est un peu garçon manqué, et s'inquiète de son attirance envers les femmes. 
Nisrine est musulmane. Elle prépare son mariage. N'étant plus vierge, elle s'inquiète de la réaction de son entourage, notamment son fiancé.
Jamale est obsédée par son âge et son physique. Elle ne sait jamais mettre en valeur ce dernier, en faisant toujours trop. 
Et enfin, tante Rose a sacrifié sa vie pour sa soeur âgée Lili, qui espère toujours recevoir les lettres de son chéri, soldat français reparti après la fin de la guerre. 

Ce que j'ai aimé par dessus tout, c'est connaître les habitudes de chacune, de chacun.
Charles qui aime porter des habits avec des manches et des pantalons très courts. Les rituels de ramassages de "papiers" de Lili. Les sorties clandestines sous les ponts de Layale, la beauté, avec son amant secret...etc. 

Mais à la fin, tout ce que je me suis dit, c'est que les personnages sont touchants. Rien de plus.
Leurs histoires évoluent peu, et on a tant de cas dans un même film, qu'on ne peut pas tous les traiter, ou ne le faire qu'avec légèreté. 
Le film avait de quoi en faire encore plus, et pouvait donner lieu à plusieurs débats entre nos héroïnes, à propos de : l'homosexualité, la virginité dans le monde arabe, les briseuses de ménage, les vieilles filles, les mariages mixtes des femmes arabes, la liberté des moeurs ...etc. 

La femme arabe, surtout musulmane, est le point de départ de tous les tabous et les interdits de la société !

Si j'avais été la réalisatrice de ce film, j'aurai fait piquer une crise à Layale, lorsqu'elle n'arrivait pas à louer une chambre pour elle et son amant.
Elle se présentait à chaque fois comme étant l'épouse de Mr Y, et on lui demandait partout de produire un papier prouvant leur lien marital. Lien qui n'a jamais été. Avec moi, elle aurait crié qu'on devrait pouvoir être libre de faire tout ce que bon lui semble avec son cul, sans que les administrations s'en mêlent. Ce n'est pas normal que l'on interdise à une personne d'avoir des rapports intimes hors-mariage si ça ne fait pas partie des principes de la personne à qui le cul concerné appartient !

Aussi, lorsque Nisrine a raconté à ses amies qu'elle n'était pas vierge, j'aurai donné lieu à un débat sur la virginité. Layale aurait dit à Nisrine qu'elle devrait assumer et faire accepter son passé à son fiancé qui, s'il l'aimait, ne la quitterai jamais pour si peu. Rima n'aurait pas compris ou était le problème de Nisrine, et Jamale aurait conseillé à Nisrine l'hyménoplastie. Layale se serait prononcé contre cette hypocrisie, mais aurait soutenu son amie quoi qu'elle décide. 

Puisqu'on est bien partie dans cette "correction" bien "modeste" du scénario, je continue !! 
Nisrine, un peu sur les nerfs devant toutes ces filles qui débattent sur sa virginité, aurait passé un coup de savon a Layale. Elle lui aurait dit qu'un homme marié appartient à une autre, et ne doit jamais être approché. Elles se seraient effondrées en larmes, toutes les deux, après la discussion. Les femmes aiment bien pleurer ! 

Dans le salon de beauté, il y a cette mystérieuse femme au physique si parfait, qui revient à chaque fois offrir ses cheveux aux délicates mains de Rima, qui en était étrangement attirée. J'aurai fait éclater cette attirance au grand jour au lieu de la laisser secrète, et il en aurait jailli un flot de réactions différentes. 

Aussi, quand tante Rose, a voulu se faire belle pour son bien aimé Charles, je l'aurai laissé s'exprimer sur l'histoire d'amour de Lili et du soldat français, pendant que l'on s'occupait de ses cheveux. Elle aurait raconté comment sa famille a empêché sa soeur aînée de vivre son amour avec le français, et aurait dit regretter que sa famille n'ait pas été assez ouverte d'esprit pour accepter un étranger dans la famille. Elle se serait prononcé favorable aux mariages mixtes, en pensant à Charles. 

M'enfin, ça aurait rendu le film plus poignant, et il aurait soulevé plusieurs polémiques par rapports aux opinions des personnages, porte-parole d'une jeunesse moderniste. Mais peut être que ça aurait bouffé aussi toute la douceur et la romance du film. Ca aurait trop contrasté avec les petites chansons arabes qu'on entend durant le film "Sukkar Banat" (le sucre des filles, apellation du caramel au Liban), et autres musiques populaires. 

Et si j'ai trouvé que Caramel manquait de quelques choses, je crois aussi qu'avec toutes les modifications que j'y aurai apporté, tous les débats façon Mots-Croisés ou C'est dans l'air, ça aurait fait too much. Et entre l'excès et la carence, faut toujours trouver le juste milieu équilibré.

Pour conclure, je dirai que ça reste un assez beau film. En plus, j'ai adoré le prénom de Layale* que je ne connaissais pas. Qui sait, peut être qu'un jour j'aurais une fille que j'appellerai ainsi. 

* Layale et le pluriel de Leïla, qui signifie "nuits". 

Publié dans Visionnage intensif

Commenter cet article

Simsim 22/03/2009 20:20

Oué pas autant te dire qu'en regardant le film, tu vas pas saisir toutes les subtilités du monde des femmes XD
Car pour celà, et comme le dit si bien Amazigh, il te faudrait être un monde ;)

Sinon, avec tous les bouquins sur la psychologie des femmes, la femme n'est plus vraiment un secret. Avec un peu d'effort, on en perce la majeure partie des mystères. M'enfin, je pense ...

N_Spirit 21/03/2009 09:45

merci pour cette petite critique de ce film , j e me souvient d'avoir vu la bande d'annonce du film y a longtemps, sa fait plaisir de voir des cinéastes arabes produire des genres de films peu ordinaire ( pas besoin de définir ce qui est ordinaire on le sait tous ), j'aimerai bien le voir ce film, le monde des femmes est un monde méconnu des hommes et je suis vraiment curieux peut être on comprendrai mieux la femme on regardant un film comme celui la!
Y a trop de débats et de tabous que ça donne a réfléchir sur certaines choses.